lundi 26 octobre 2015

15 CHOSES A ABANDONNER POUR ÊTRE HEUREUX

Voici une liste de quinze choses qui, si vous les abandonnez, vous rendront la vie beaucoup plus simple et vous rendront beaucoup plus heureux . Au cours de notre existence, nous adoptons des habitudes et des comportements qui nous causent de la douleur, du stress et de la souffrance. Nos vies ne commencent à s’améliorer que lorsque nous nous rendons compte de l’absurdité de ces attitudes, et que nous prenons des mesures pour les abandonner. Vraiment ?

Voici lesquelles :

 1/ Abandonnez votre besoin d’avoir toujours raison
Certains d’entre nous ne peuvent supporter l’idée d’avoir tort, ils veulent toujours avoir raison même au risque de mettre en péril des relations avec des personnes qui sont importantes pour eux. Pourtant, cela n’en vaut jamais la peine. Au moment où vous sentez que vous voulez prouver que vous avez raison, demandez-vous: « Est-il plus important que j’aie raison, ou que je sois sympa ? » Wayne Dyer Quelle différence cela fera ? Avez-vous un égo grand à ce point ?

2/ Abandonnez votre besoin de tout contrôler
En laissant tomber votre besoin de contrôler toutes les situations, les choses, les événements, et les personnes autour de vous. Laissez-leur la possibilité d’être tels qu’ils sont réellement et vous vous sentirez bien mieux.
 
Pour être heureux : 3/ Cessez les reproches
Abandonnez votre besoin de blâmer les autres pour ce que vous n’avez pas ou ce que vous ressentez, ou ne ressentez pas. Cessez d’abandonner vos pouvoirs et reprenez la responsabilité de votre vie.


4/ Abandonnez la négativité
Cessez de vous apitoyer sur vous-même et de n’envisager que l’échec. Croyez en vous, et ne croyez pas tout ce que votre esprit vous souffle, surtout si ce sont des pensées négatives et démotivantes.

5/ Abandonnez les limites que vous vous attribuez
Arrêtez-vous de vous donner des limites sur ce que vous pouvez faire, et ne pouvez pas faire. A partir de maintenant, ne laissez plus ces limites s’imposer à vous et déployez vos ailes pour voler aussi haut que vous le pouvez.

6/ Cessez de vous plaindre
Cessez de vous plaindre des situations, des choses, des gens. Personne ou rien ne peut vous rendre malheureux, à moins que vous ne le permettiez. Ce n’est pas la situation qui déclenche ces sentiments en vous, mais plutôt votre façon de l’envisager.

7/ Arrêtez de critiquer
Arrêtez de critiquer les autres, les choses ou les évènements qui sont différents de vous en permanence. Les gens sont tous uniques, et pourtant ils sont semblables. Nous voulons tous le bonheur, aimer et être aimé. La critique est tout à fait inutile.


8/ Abandonnez le besoin d’impressionner les autres
Cessez de faire tant d’efforts pour être quelqu’un que vous n’êtes pas, uniquement parce que vous voulez vous faire aimer. Les choses ne marchent pas ainsi. Au contraire, au moment où vous tomberez le masque et accepterez d’être vous-même, vous constaterez que les autres seront naturellement attirés par vous.

9/ Cessez toute résistance au changement
Le changement est bon et la seule chose qui vous permettra d’évoluer, d’améliorer votre vie et celle de ceux qui vous entourent. Acceptez le changement de bon augure, ne lui résistez pas.

10/ Abandonnez les étiquettes
Cessez d’étiqueter les choses, les gens, ou les évènements que vous ne comprenez pas ou que trouvez différents, et essayez d’ouvrir peu à peu votre esprit. Votre esprit ne fonctionne que s’il est ouvert à de nouvelles choses.

11/ Abandonnez vos peurs
La peur est une illusion, elle n’existe pas, c’est une chose que vous avez créée.

12/ Arrêtez de vous excuser
La plupart du temps, les excuses nous limitent, et elles nous bloquent sur une situation, nous empêchant de nous développer, d’améliorer nos vies et celles des autres. Dans 99,9% des cas, ces excuses ne sont même pas réelles.
 
Pour être heureux : 13/ Abandonnez le passé
Abandonner le passé n’est pas évident, parce que souvent, il semble tellement mieux que le présent, et l’avenir est si effrayant. Mais le présent est tout ce que vous avez, et vous n’aurez jamais rien d’autre. Cessez de vous illusionner et soyez présent dans tout ce que vous faites et profitez de la vie. Après tout, la vie est un voyage, et non une destination.

14/ Lâchez prise
A partir du moment où vous vous détachez des choses (ce qui ne signifie pas que vous cessez de les aimer, l’amour et l’attachement n’ayant rien à voir l’un avec l’autre), vous devenez paisible, tolérant et serein. Vous pourrez alors comprendre les choses sans avoir à vous forcer.

15/ Cessez de vivre en fonction des attentes des autres
Beaucoup trop de gens se conforment à ce que leurs parents, leurs amis, leurs professeurs, le gouvernement…, attendent d’eux. Ils n’écoutent pas leur voix intérieure. Ils sont tellement soucieux de plaire aux autres qu’ils perdent le contrôle sur leur vie. Vous n’avez qu’une seule vie, c’est ici et maintenant. Vous devez vivre votre vie, et en particulier veiller à ce que l’opinion des autres ne vous écarte pas de la voie que vous vous êtes tracée.



Source: www.espritsciencemetaphysiques.com

mardi 20 octobre 2015

LA FEMME EST SACRÉ... LE SAVIEZ-VOUS ?

Je partage avec vous 2 émissions radio que j'ai fais l'An dernier portant sur Nous les Femmes et le Féminin Sacré.

Lors de la première Émission "Les Filles de la Terre: Femmes Sacrées et Porteuses d'Eau" je retrace l'important rôle de la Femme dans les Civilisations Anciennes tels que chez les Amérindiens et les Celtes.

La Deuxième Émission que je vous propose Porte essentiellement sur "le Secret des Pouvoirs Sacrés du Sang Menstruel", selon les Civilisations Anciennes mais aussi selon certaines découvertes scientifiques.

Bonne Écoute



samedi 17 octobre 2015

LES 4 DONS DES PERSONNES HYPERSENSIBLES

Quand on est en minorité face à une grande majorité, on se sent immédiatement désavantagé, et envahi par la peur.

Pourquoi perçoit-on les choses différemment ? Pourquoi souffre-t-on plus que les autres ? Pourquoi trouve-t-on refuge dans la solitude ? Pourquoi observons-nous et sentons-nous des choses que, généralement, les autres ne remarquent pas ?

20% de la population est hypersensible, mais, ce n’est pas un défaut.

Il est fort possible qu’au cours de votre vie, et plus particulièrement lors de votre enfance, vous ayez eu pleine conscience de cette distance émotionnelle, et de la façon dont, parfois, vous avez eu la sensation de vivre dans une sorte de bulle d’étrangeté et de solitude.

L’hypersensibilité est un don, un outil qui vous peut vous permettre d’approfondir les choses et de faire preuve de plus d’empathie. Rares sont ceux qui ont la capacité d’arriver à ce point vital d’apprentissage.

C’est Elaine N. Aron qui, au début des années 90, approfondissant les études déjà menées sur la personnalité introvertie, a minutieusement mis au jour les caractéristiques d’une nouvelle dimension jamais explorée jusqu’alors, qui reflétait une réalité sociale : celle des personnes hypersensibles, réfléchies, empathiques et réactives émotionnellement.

Si c’est votre cas, si vous vous identifiez à ces caractéristiques que le docteur Aron a exposé dans son livre The Highly Sensitive Person, alors vous devez bien comprendre que ce n’est pas parce qu’on est hypersensible qu’on doit se sentir bizarre ou différent… au contraire !

Vous devez vous sentir chanceux de disposer des 4 dons suivants:

1. Le don de la connaissance émotionnelle

Certaines personnes sont capables, dès leur plus jeune âge, de percevoir certains aspects de leur vie quotidienne qui feront naître en elles angoisse, contradictions et curiosité fascinante.

Leurs yeux capteront des choses dont les adultes ne tiennent même pas compte.

La frustration de leur maître d’école, l’inquiétude de leur mère… Les enfants hypersensibles perçoivent déjà des choses que les autres enfants ne voient pas.

Dès leur plus jeune âge, on leur dira que la vie est aussi difficile que contradictoire.


Ils verront le monde avec leurs yeux d’enfant, mais d’un enfant qui s’ouvre précocement au monde des émotions, et ce sans même avoir conscience de ce qui les guide, de ce qui les fait vibrer, de ce qui est à l’origine de la souffrance que les adultes ressentent.

10668581_10203608590589321_1396392750_n

La connaissance des émotions, c’est l’arme d’un pouvoir silencieux. On se rapproche davantage des gens pour les comprendre, mais à leur tour, il nous rendent plus vulnérables face à la douleur.

La sensibilité, c’est comme une lumière qui brille, qui à son tour nous rend plus vulnérables face au comportement des autres, aux mensonges pieux, aux déceptions, au sarcasme…

On vous dira alors souvent «Tu es toujours en train d’exagérer !», ou encore «Tu es tellement sensible !»

Et ce n’est pas faux. Mais, c’est ce que vous êtes. Disposer d’un don, c’est avoir une grande responsabilité. Votre connaissance des émotions exige aussi de vous que vous sachiez vous protéger et prendre soin de vous.

2. Le don d’apprécier la solitude

Les personnes hypersensibles ressentent un certain plaisir quand elles sont seules.

Elles aspirent à trouver des coins discrets où faire ce qu’elles ont à faire et s’adonner à leurs activités favorites.

Ce sont des personnes créatives qui aiment écouter de la musique, lire… Et même si cela ne les empêche pas d’apprécier la compagnie des autres, c’est lorsqu’elles sont seules qu’elles se sentent le mieux.

soledad
Les personnes hypersensibles n’ont pas peur de la solitude, de ces instants lors desquels elles peuvent se connecter plus intimement à elles-mêmes et à leurs pensées, loin du regard des autres.

3. Le don de mener une vie où tout part du coeur

Etre hypersensible, c’est mener une vie où tout part du coeur. Personne ne vit plus intensément l’amour, personne n’apprécie autant les petits gestes quotidiens, l’amitié, la tendresse…

b57db10b3594b6f9d80fc5694941892f

On croit souvent que les personnes hypersensibles vivent dans la souffrance, qu’elles sont plus à même de déprimer et d’être tristes, qu’elles se sentent vulnérables face aux stimuli du monde extérieur, au comportement des autres.

Mais, il y a une chose que les gens qui pensent de cette façon ne savent pas : rares sont les émotions qui se vivent avec autant d’intensité que celles d’aimer et d’être aimé

Et nous ne parlons pas là uniquement des relations de couple, mais aussi de l’amitié, de la tendresse quotidienne, voire même du simple fait de contempler un beau tableau, un paysage, ou d’apprécier une mélodie.

4. Le don de la croissance intérieure

L’hypersensibilité ne se soigne pas. On naît avec ça, avec cette particularité, avec ce don qui peut déjà se voir clairement dès le plus jeune âge.

Les questions d’un enfant, son intuition, sa tendance au perfectionnisme, son seuil à la douleur physique, ses gênes face aux lumières ou aux fortes odeurs, sa vulnérabilité émotionnelle

Il n’est pas simple de vivre avec ce don. Néanmoins, une fois qu’on parvient à identifier ce qu’il est et ce qu’il peut nous apporter, arrive le moment lors duquel on doit apprendre à gérer de nombreux détails.

Vous ne devez pas vous laisser dépasser par vos émotions négatives.

11205118_783120328469537_8520996533192683409_n

Vous devez aussi garder à l’esprit que les autres vont à leur rythme, qu’ils n’ont pas votre seuil émotionnel, qu’ils ne vivront pas certains choses avec la même intensité que vous.

Pour autant, cela ne veut pas dire, par exemple, qu’ils vous aiment moins. Respectez-les, comprenez-les. Comprenez-vous.

Une fois que vous savez qui vous êtes et que vous avez pris conscience de vos capacités, trouvez votre équilibre et fomentez votre croissance personnelle. Vous êtes unique et votre vie dépend entièrement de votre coeur. Marchez en paix, avancez en sécurité, et soyez heureux.

Source de l'article: nospensees.com

LE MERVEILLEUX CERVEAU ÉMOTIONNEL DES PERSONNES HYPERSENSIBLES

Il est parfois difficile de s’adapter à ce monde trop bruyant, à ce monde empli d’égoïsmes et d’autres doubles intentions.

Les sens des personnes hypersensibles sont une faiblesse, mais aussi une chance. Elles peuvent percevoir ce que les autres ne perçoivent pas, et le faire si intensément que le monde leur présente alors un éventail de réalités qui échappent aux autres.

A quoi l’hypersensibilité est-elle due ? Est-ce génétique ? Pourquoi les personnes hypersensibles souffrent-elles plus que les autres ?

Pourquoi pour elles, l’amour est-il si intense, mais aussi si douloureux ? Pourquoi apprécient-elles tant la solitude, pourquoi ressentent-elles une si profonde incompréhension depuis leur plus jeune âge ?

En 2014, des chercheurs de l’Université de Stony Brook (New-York) ont mené à bien un étude intéressante, au cours de laquelle ils ont essayé d’expliquer les particularités que présente le cerveau d’une personne hypersensible, ainsi que les différences qui existent entre les personnes hypersensibles et celles qui ne le sont pas, ou du moins, celles qui n’ont pas cette ouverture émotionnelle si caractéristique de l’hypersensibilité.

Les résultats de cette étude, composée de six enquêtes, sont très intéressants, et ont été publiés dans la revue Brain and Behavior. Lisez la suite de cet article pour les découvrir ! Nous sommes certains que vous allez être surpris.

Le cerveau émotionnel des personnes hypersensibles

On estime que presque 20% des personnes présentent les caractéristiques basiques de l’hypersensibilité. Souvent, ces personnes-là passent la majeure de partie de leur vie sans savoir qu’elles appartiennent à ce petit groupe de privilégiés.

D’une certaine façon, elles ont toujours vécu en portant des «lunettes invisibles» qui leur faisaient voir le monde différemment, avec un cœur plus ouvert, mais aussi plus vulnérable.

PAS

L’étude menée à bien par les chercheurs de l’Université de Stony Brook a révélé que les personnes hypersensibles disposent d’un cerveau émotionnel doté d’une grande empathie. Ils sont pleinement orientés vers la «sociabilité» et l’union avec leurs semblables.

En d’autres termes, ces chercheurs ont prouvé que les processus cérébraux des personnes hypersensibles se traduisent par une surexcitation dans les zones neuronales relatives aux émotions et à l’interaction.

Elles sont capables de déchiffrer et de deviner les sentiments des personnes qu’elles ont en face d’elles. Mais, dans le même temps, elles ont à gérer un problème très simple…

Les autres ne font pas preuve de la même empathie. Il y a donc un déséquilibre évident entre la sensibilité des personnes hypersensibles, et celles des personnes qui ne le sont pas. «Elles se considèrent comme étant différentes».

Pour arriver à toutes ces conclusions, les chercheurs ont réalisé une batterie de tests basés sur les résonances magnétiques, ou encore sur l’étude des processus cérébraux que présentent des personnes diagnostiquées comme hypersensibles, en comparaison avec ceux des personnes qui ne le sont pas.

On a donc exposé ces personnes à différents stimuli, afin d’observer l’activité biochimique qui s’opère dans les différentes structures cérébrales.

Les résultats ont été très concluants, et plus particulièrement à deux niveaux :

Les neurones miroirs
Vous avez forcément déjà entendu parlé des neurones miroirs. Ils remplissent une fonction sociale, étant surtout présents chez les humains et chez les primates.

Situés dans le cortex frontal inférieur du cerveau et très proches de la zone du langage, les neurones miroirs sont plus particulièrement liés à l’empathie et à notre capacité à capter, traiter, et interpréter les émotions des autres.

Chez les personnes hypersensibles, leur activité est continue et très marquante depuis l’enfance.

PAS-CEREBRO

L’insula

L’insula est une petite structure cérébrale logée très profondément dans notre cerveau. Située dans le cortex insulaire, elle est liée au système limbique, une structure basique dans nos émotions qui nous apporte cette vision plus subjective et plus intime de la réalité.

De fait, les chercheurs de Stony Brook surnomment l’insula «le siège de la conscience», puisqu’elle réunit la majeure partie de nos pensées, intuitions, sentiments et autres perceptions de tout ce que l’on peut vivre.

Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que cette structure «magique» est plus active chez les personnes hypersensibles que chez les personnes qui ne le sont pas.

Cette étude montre également qu’en plus d’être réceptives aux stimuli visuels liés aux visages humains et aux émotions, les personnes hypersensibles présentent aussi un seuil plus bas en réaction à de nombreux stimuli physiques, tels que les lumières intenses ou les sons forts.

Cela active chez elles les structures cérébrales relatives à la douleur…ce qui est très curieux.

Les personnes hypersensibles ont une façon de ressentir et de comprendre le monde qui passe par un système neurosensoriel plus pointu, plus fin. Ce n’est pas ce qu’elles ont, mais c’est ce qu’elles sont.

Au cours de leur vie, elles doivent apprendre à composer avec leurs fortes émotions ainsi qu’avec ce don merveilleux, car la souffrance, ce n’est pas un passage obligé, mais une option qu’il ne vaut pas la peine de retenir.

Source de ce magnifique article: nospensees.com

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...