jeudi 4 juillet 2013

UTÉRUS: ESPACE SACRÉ ET MAGIQUE


Un bébé fille naît avec tous ces ovules.  En effet dès sa naissance la petite fille est déjà pourvue  de tous les ovules qu’elle aura besoin au cours de sa vie.  À la ménopause moins de 50% des ovules ont été utilisé… que doit-on faire avec les ovules restantes… CRÉER.  Les Ovaires contenu dans l’espace sacré de la femme sont tous des  possibilités de créations à tous les niveaux… dès lors que nous prenons conscience de cette réalité, l’impossible devient impossible… tous devient possible.

Il y a  beaucoup plus de terminaison nerveuse dans l’utérus féminin que dans le cerveau.  L’utérus est beaucoup plus qu’une usine à fœtus, c’est le départ de l’humanité toute entière, c’est l’endroit par excellence où toutes femmes devraient se recueillir afin de guérir, penser et porter le rêve afin de créer une nouvelle réalité.

Créer Notre Réalité :

Nous avons en tant que femme la possibilité et l’immense responsabilité de par notre naissance de créer notre réalité.  Toutes les femmes sont en lien directe avec la création, nous sommes la création. Nous sommes les porteuses du Rêve de l’humanité afin que celui-ci se matérialise et devienne réalité.  Ce rêve vit en nous, en notre utérus, endroit privilégié de la création non seulement de l’humanité mais de tous désires profonds et de tous les possibilités inimaginable.  Rien est impossible à la femme qui développe et respecte son sacré… son utérus.

Ordonne et tu Recevras :
S’adresser à Dieu, revient à s’adresser à ses ovaires.  Le Divin nous habite à temps complet et non seulement pendant une période donné de notre vie ou à temps partiel.  Il en va de l’avenir de l’humanité, du retour de l’équilibre et de l’harmonie, de prendre conscience de l’important pouvoir qui nous habite en tant que femme sacrée.  Croire c’est pouvoir, et ce pouvoir nous habite toutes.  Ordonner un changement en s’adressant à soi, est simple et donne la possibilité de « mettre au monde » ce changement.  Le Rêve nous habite, il ne demande qu’à naître, qu’à se matérialisé pour le bien de soi et de tous ceux qui nous entoure.  Quand une femme s’engage sur le chemin du changement, tout le monde suit.

Maîtresse de l’Art de la Transformation :
Notre puissance est tel que des femmes ayant accepté et développer leur sacré, y travaillant depuis bon nombre d’année, ont affirmé pouvoir choisir les dates de leur cycle menstruel.  La période idéal pour la femme étant la période de la Nouvelle Lune, ces femmes ont choisi pour leur évolution spirituel et personnel de n’avoir leur cycle qu’en cette période… ce que femme veut - dieu le veut, évidemment car dieu habite la femme donc, leur cycle est stable et ne se présente qu’en période de Nouvelle Lune.  Cette possibilité n’en est qu’une parmi tant d’autre, il est clair que pour en arriver à cet Art de la Transformation nous devons avoir pris grand soin de mettre à la porte le jeu de rôle « victime et bourreau » nous n’acceptons plus désormais d’être ni la victime, ni le bourreau.  Nous acceptons dans son intégralité la femme que nous sommes sans avoir à se justifier d’être ce que nous sommes.  Nous croyons en notre pouvoir et notre seul but devra être de développer et avoir foi en cette puissance qui est nôtre.

La Fin du mythe de la « Servante de Satan »
Les exigences masculine des générations précédente étaient tel que la femme était tenu d’obéir (je déteste ce mot) sans mot dire.  J’ai grandis dans un environnement tel que la femme n’avait droit de parole qu’en demandant la permission… Pourquoi ? Pour le savoir nous devrons probablement remonter l’histoire jusqu’au temps des romains.  Mais commençons tout d’abord par cette explication :
  • La meilleur façon pour un être cupide et avare de pouvoir matériel, dépourvu du pouvoir sacré de la femme, d’accéder au trône réservé à la femme, est de convaincre celle qui en est pourvu qu’elle n’est bonne à rien d’autre qu’à faire des enfants, les éduquer, les nourrir, les nettoyer et s’occuper du mari qui a eu la générosité de la choisir ! Assez dur comme explication, je vous l’accorde mais nous devons y penser sérieusement car nos grand-mères ont souffert de ce comportement « machiste » de la supériorité masculine. 


Ces femmes fantastiques se sont pliées malgré elle au régime patriarcal et ceux-ci savaient bien qu’un utérus occupé à procréer à temps complet n’a pas le temps de s’attarder d’avantage au rôle sacré principale de l’utérus, probablement espéraient-ils que le pouvoir de la femme serait anéanti à jamais… et ce, sans compter qu’avant nos grand-mères des millions de femmes ont connu la torture et la mort par le feu pour avoir guérit des gens grâce leur dons inné de guérisseuse, pour avoir prédit l’avenir à la perfection, ou simplement parce qu’elles vivaient en parfaite harmonie avec leur mère la terre, connaissant tous ces secrets. Ces femmes ont été appelé sorcière mot déformé de « source d’hier »… ces femmes ouvraient en respect avec leur utérus qu’elles savaient l’endroit sacré de tous les trésors de l’humanité, elles étaient loin de servir le mal, elle servaient le bien dans son intégralité.

Ce phénomène de supériorité masculine est inscrit dans nos gènes en tant que femme moderne, c’est pourquoi il  est souvent difficile de croire en ce pouvoir sacré qui nous habite et d’autant plus difficile de se faire confiance et cesser de servir l’autre en tout.  Je ne parle pas ici d’abandonner famille, homme et enfants, loin de là car une femme qui se respecte pour ce qu’elle est se rapproche de manière miraculeuse du vrai symbole de la famille.  Être bien et en parfaite harmonie avec soi et son pouvoir intérieur nous permet d’émaner une lumière d’amour tel que tous ceux qui nous fréquente en subisse les merveilleuse conséquences de bien être profond.

La Femme Sacrée Autochtone
À une époque proche de la nôtre, avant les invasions Européenne, les Amérindiens connaissaient tous ces secrets réservé aux femmes.  Les femmes étaient respectées comme étant « Filles de la Terre » et/ou « Porteuses d’Eau »
Dans certaines Nations Autochtones, l'un des traits les plus importants était la reconnaissance de la sainteté de la jeune fille ainsi que son pouvoir guérisseur, qui était respecté par tous les membres de la tribu.

Les blessures infligées à ces peuples par l’Église furent telles que plusieurs de ces femmes se sont éteint au fil du temps.  Obligé de s’intégrer à de nouvelles coutumes qui étaient très loin de leur croyance ancestrale en rejoignant des pensionnats spécialement conçu pour eux, ils furent victimes de beaucoup plus de sévices qu’il nous a été permis de savoir.  Une tentative de génocide, que nous ne tolèrerions pas aujourd’hui, a été commise envers ces peuples.  Par chance certaines femmes aujourd’hui grand-mère ont gardées au fond de leur ventre le savoir ancestral de l’espace sacré et ces grâce à elles que nous pouvons aujourd’hui y retourner, ces femmes sont aujourd’hui connu sous le nom de : Le Conseil des 13 Grand-Mères Aborigène

La Femme Sacrée Celte
Les Amérindiens ont été victime des Européens, mais à une époque beaucoup plus reculée les Européens de la Nation Celtique ont été victime eux aussi des Européens nommé Romain.  Il y a très longtemps les celtes étaient un peuple fort habitant une partie de l’Europe majoritairement installé sur le territoire de l’Angleterre, d’Irlande, d’Écosse et des environs ainsi que sur le territoire français appelé la Gaule.

Les Celtes vivaient de manière similaire aux Amérindiens en harmonie avec la terre mais surtout ils respectaient la femme comme étant supérieur.  À une époque si lointaine la femme avait le libre arbitre de vivre selon ces choix.  Elle était protégée et respectée mais aussi elle occupait des places majeures au sein de la société, elle pouvait prendre parti aux discussions et/ou décisions politiques, sociales, économiques ou théologiques. Certaine même pouvait choisir librement de se joindre aux armées et de manière aussi naturel que les hommes, elles devenaient des guerrières respectées et égal à leur contrepartie masculine.
Femmes Sacrées « Source d’Hier »
Ces Femmes sacrées qu’on appelle sorcière sont avant tout des sources-hier....des sources de savoir ancestral déposé dans leur être comme un cadeau sacré. Ce savoir est celui de l'amour, de la guidance, de la connaissance, de la guérison. La sorcière (source-hier) a plusieurs pouvoirs qu'elle n'a pas besoin de chercher car ils sont partie d'elle. Elle peut les développer pour qu'ils servent leurs buts mais chaque femme dispose de ces pouvoirs sacrés. Un des rôles principaux de la femme est d'amener l'homme à sa reconnexion avec le sacré, le féminin et le divin en lui. (Aladys)

Ces Femmes d’autrefois, condamné à tort par l’église pour être des adeptes de Satan, sont ici encore aujourd’hui, elles ont survécu, malgré tout et porte en elles le savoir d’hier. À travers les différentes pratiques des sorcières nous retrouvons le « fameux Chaudron » outils indispensable à toute sorcière qui se dit comme tel et qui se respecte.  Le Chaudron n’est pas qu’un outil insignifiant ou un ustensile de cuisine, c’est un outil indispensable.  Il servait à concocter et préparer des potions médicinales mais d’abord et avant tout sa forme rappelle celui de l’antre sacré, l’utérus féminin, là où toute création humaine prend forme.  Quand je parle de création humain, je ne parle effectivement pas que de l’être humain à naître, mais ces femmes les sorcières en parfaite connaissance d’elle-même de leur pouvoir et de leur être sacré, savaient que de l’utérus part toute création, tout rêve et toute demande, tout désir et toute magie…




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...