lundi 18 février 2013

LA FILLE EST SAINTE


Chez les Amérindien, l'un des traits les plus importants du rite de la jeune fille est la reconnaissance de la sainteté de la jeune fille. Durant son initiation, elle réside entre les mondes, dans un espace sacré. Ainsi, elle est sainte, elle représente le divin, et elle détient en elle le pouvoir de guérir. Dans le sud des États-Unis, durant les quatre jours du rite de puberté des Navajo, la Kinaalda, comme dans le rite Apache similaire appelé Cérémonie du Levé de Soleil, la jeune fille devient Femme-Changeante, une déesse ou être divin bien-aimé. Dans cet état saint, elle bénit les troupeaux et le maïs, et elle "s'étend", elle guérit tous ceux qui le désirent.

Le pouvoir guérisseur de cet état est largement reconnu. Un apache cibèque explique comment une jeune fille pubère " est tout comme un homme-médecine, seulement avec ce pouvoir elle est sainte" . Aussi, beaucoup plus au nord, nous trouvons comment après le rite sioux Oglala "tout le monde se jetait près d'elle et plaçait ses mains au-dessus d'elle, car elle était une femme et... il y avait beaucoup de sainteté en elle"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...